Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 1h24, une alarme due à un défaut vibratoire est remontée. L’éolienne s’arrête automatiquement. Lors du déplacement des techniciens sur site vers 12h17, ils constatent la présence d’une pale au sol en pied de tour, les 2 autres pales étant toujours solidaires du moyeu.

L’éolienne est mise en sécurité (impossibilité de redémarrage à distance et mise en drapeau des pales afin qu’il n y ait pas de prise au vent). Un périmètre de sécurité d’environ 100 m autour de l’éolienne est mis en place et la municipalité interdit l’accès à la zone. Au vu de l’historique accidentel sur ce parc éolien (ARIA 43576), l’inspection des installations classées demande l’arrêt immédiat des 4 éoliennes de même technologies du parc. Les 2 autres pales sont inspectées sans qu’il ne soit relevé de défaut. La pale est évacuée 2 jours plus tard. 

L’exploitant contrôle le couple de serrage de l’ensemble des vis de fixation des pales au moyen des 4 éoliennes de même technologie. La grande majorité des vis sont en mauvais état (déformation, rouille, usure,…).

Le mauvais état des vis a été probablement engendré par le fonctionnement en mode dégradé des éoliennes durant 1 mois en 2013 (ARIA 43576). En effet, alors que les 4 éoliennes étaient en service depuis 1 mois après le remplacement des vis de l’ensemble des pales, il avait été détecté un défaut de serrage. Le couple de serrage avait été repris sans remplacement des vis qui ont pu être soumises à des contraintes pendant ce mois de fonctionnement, durant lequel avaient été enregistrées de fortes turbulences de vent selon la direction 80°-110°.

Après la chute de pale en avril 2015, l’exploitant procède :

  • au remplacement de toutes les vis et rondelles assurant la fixation des pales au moyen ;
  • à des contrôles périodiques des couples de serrage ;
  • au bridage la puissance des 4 éoliennes à 700kW (le bridage sectoriel selon la direction n’est pas techniquement possible) ;
  • au changement de sa procédure de redémarrage automatique : lors de la remontée d’une alarme vibratoire, un technicien doit se déplacer sur site pour réaliser une inspection avant éventuel démarrage.

Les 4 éoliennes sont remises en service en septembre 2015. Entre septembre 2017 et avril 2018, le constructeur remplace toutes les vis par des vis monitorées afin de réaliser un suivi trimestriel du couple de serrage par ultrason.