Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 15h10, un incendie se déclare au sein d’une usine pétrochimique spécialisée dans la fabrication de plastique, située dans une zone industrielle. Selon des témoignages, des explosions se seraient produites après l’incendie.

Un important nuage de fumées est visible à plusieurs kilomètres. Le gouvernement autonome d’Andalousie active le plan d’urgence extérieur chimique (Plan de Emergencias Exterior del Sector Quimico) afin de disposer de ressources techniques et humaines complémentaires pour l’organisation des secours. Les pompiers internes du site, renforcés par ceux de la raffinerie voisine ainsi que les pompiers de la sécurité civile se mobilisent afin de lutter contre l’incendie et limiter sa propagation. Le feu serait parti d’un entrepôt de stockage d’acides isophtaliques et téréphtaliques sous formes solides et inflammables. L’ensemble des personnels évacuent la zone industrielle. Un premier message des autorités demande aux habitants situés dans un rayon de 50 km d’évacuer en raison de vapeurs potentiellement toxiques présentes dans l’air. Dans un second communiqué, les autorités se ravisent en indiquant qu’il n y a pas de caractère toxique des fumées. Il est cependant recommandé aux populations de fermer les portes et les fenêtres afin d’empêcher la fumée de pénétrer dans les maisons. Un vent d’ouest disperse les fumées vers d’autres régions. Les gendarmes limitent l’accès au site. La circulation est réduite. L’intervention des pompiers, notamment pour refroidir et protéger les installations, se poursuit durant 24 h. Les autres usines du complexe industrielle maintiennent leurs activités durant le sinistre, jugeant que leurs arrêts pourraient engendrer d’autres nuisances. Le plan d’urgence municipal est désactivé vers 21 h. Les eaux d’extinction sont analysées.

2 travailleurs du complexe industrielle, exposés aux fumées, sont incommodés et transportés en centre hospitalier.

Des investigations sont en cours pour identifier l’origine de l’incendie.