Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 7 h, des eaux usées provenant d’un abattoir débordent vers le réseau d’eaux pluviales. L’exploitant coupe immédiatement les pompes de relevage du bassin d’orage et vérifie la fermeture de la vanne de rejet vers le milieu naturel. De 7h15 à 8 h, l’équipe de maintenance du site débouche le réseau. Cependant, à 10h30, la gendarmerie accompagnée des pompiers et d’un représentant du maire signalent une pollution de la BRUNELIERE. Cette pollution s’étend à la VILAINE dont l’eau se colore en rouge. L’exploitant constate que cette pollution est due à une fuite sous la vanne de rejet liée à un caillou qui empêche sa fermeture totale. Ce dernier ferme la vanne au maximum jusqu’à débit presque nul. Vers 11 h, une société d’assainissement aspire et nettoie la zone en amont de la vanne. Cette dernière est ouverte pour éliminer tous les corps étrangers puis refermée. Son étanchéité est vérifiée. L’opération se termine vers 12 h.

La matière polluante est du sang lié à l’abattage des animaux dilué à 90 %. La quantité rejetée est de l’ordre de 30 m³. Aucun effet n’est constaté sur la faune et la flore. Une surveillance de la VILAINE est maintenue durant 3 jours. Aucun contrôle visuel de cette vanne n’était effectué.

L’exploitant prend les mesures suivantes :

  • renforcement de la formation des équipes techniques avec présentation de l’incident ;
  • mise en place d’un contrôle visuel périodique, trimestriel dans un premier temps ;
  • vérification en cas de fortes intempéries du bon fonctionnement de la vanne ;
  • ajout de ce scénario au POI en cours de révision.