Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 14h45, un feu d’origine électrique se déclare dans le faux plafond d’un entrepôt de 3 500 m² stockant du vin. 80 employés sont évacués. Des bouteilles de vin éclatent. Un important panache de fumée se dégage. Les pompiers interviennent sur les lieux au moyen de 3 lances à eau. Les gendarmes ainsi que les services du gaz et de l’électricité se rendent sur place. Le feu est éteint vers 19h20. L’éclatement de bouteilles d’alcool ravive de nombreux foyers lors des opérations d’extinction.

Les eaux d’extinction sont dirigées vers un bassin de retenu dont le trop plein est obturé. L’exploitant mandate une société externe afin de réaliser le pompage du bassin. Des opérations de surveillance sont menées. Une irisation des eaux de surface est observée pendant quelques heures. Une partie de l’activité de l’entrepôt est délocalisée.

1,9 millions de bouteilles sont inutilisables, correspondant à 20 millions d’euros. 3 000 m² de toiture sont détruits sur une surface d’exploitation de 21 000 m². Une entreprise spécialisée nettoie le site et évacue les déchets.

L’expert d’assurance détermine que le feu a été généré par un échauffement d’un domino d’un dispositif d’éclairage. De plus, le serrage d’une des vis avait probablement été moins fort et avait créé progressivement un effet de résistance. Les derniers contrôles électriques avaient été effectués au mois de février 2019.

L’événement s’est produit dans la partie la plus récente de l’entrepôt, celui-ci avait une vingtaine d’années. Les portes coupe-feu ont parfaitement tenu leur rôle en empêchant la propagation de l’incendie.