Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 13h30, un feu se déclare dans le filtre d’une grenailleuse au sein d’une usine de fabrication d’engrenages et d’organes mécaniques de transmission. Une opération de maintenance est en cours sur cet équipement. Une épaisse fumée se dégage des bâtiments. La combustion concerne la poussière de grenaille présente dans le système de filtration de la grenailleuse. L’entreprise sous-traitante, en charge de travaux sur la grenailleuse, donne l’alerte aux opérateurs présents à proximité. L’un d’entre eux percute un extincteur mais ne parvient pas à éteindre l’incendie. Un important dispositif de pompiers se rend sur les lieux. Les coûts des dommages liés à la remise aux normes de la filtration de la grenailleuse s’élèvent à 3 350 €.

Lors de l’incendie, un prestataire intervenait pour réparer des tôles bouclier à l’intérieur de la grenailleuse et raccorder la grenailleuse au système de filtration. Aucun permis feu n’a été établi pour cette opération. Le prestataire a utilisé une meuleuse afin de retirer une bavure gênante. Des étincelles se sont retrouvées dans le caisson d’aspiration de la grenailleuse. Par ailleurs, les extincteurs présents sur le site n’étaient pas adaptés aux feux de métaux, et l’alarme sonore ne s’est pas déclenchée.

Suite à l’incendie, l’exploitant sensibilise et forme le personnel afin qu’ils sachent réagir en cas d’urgence (utilisation d’équipement de protection individuelle, évacuation du bâtiment). Le système de lutte contre incendie est vérifié. Les consignes d’urgence sont mises à jour. Un exercice en situation réelle est réalisé.