Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 18h30, après la fermeture du site, un feu se déclare dans une installation de stockage de déchets non dangereux. Un agent du site habitant à proximité aperçoit un dégagement de fumée. Sur place, il constate un départ de feu sur une partie du canal de poussée (connexion entre le casier et la zone de vidage des déchets) et sur une partie du casier en cours d’exploitation. Il alerte les secours vers 18h40. Un important panache de fumées se dégage. En raison de possibles dégagements de fumées toxiques, la circulation est interrompue sur la D90. La cinquantaine de pompiers met en place une attaque massive à l’eau alimentée sur un bassin dédié et fait la part du feu à l’aide d’engins de chantier de la société. L’exploitant couvre de terre les zones éteintes. Le Préfet demande, vers 22 h, aux habitants du secteur de rester confinés dans leur habitation en raison de potentielles fumées irritantes. Les pompiers quittent le site à 23 h, heure à laquelle la circulation sur la D90 est par ailleurs rétablie. L’exploitant continue à apporter de la terre sur la zone sinistrée avant de quitter le site à 0h30. Une surveillance est mise en place le lendemain et le week-end. Une caméra de surveillance dirigée sur la zone est mise en place pour permettre une surveillance à distance par le responsable d’astreinte en dehors des horaires d’ouverture.

Les clients sont avertis et aucun déchet n’est réceptionné sur le site le lendemain.

La zone touchée représente entre 1/2 et 3/4 du casier de 3 300 m² en cours d’exploitation. Selon l’exploitant, les membranes d’étanchéité ne seraient pas touchées et l’incendie ne serait pas allé au-delà de 1 m de profondeur. L’inspection des installations classées demande à l’exploitant de confirmer l’absence d’atteinte de la membrane (photo à l’appui).

L’exploitant ayant temporairement perdu l’accès à se base de données, il ne peut examiner la nature de déchets apportés sur site pouvant être à l’origine du départ de feu. Il prévoit par ailleurs de consulter les enregistrements des caméras de vidéo-surveillance.

L’installation de stockage a déjà connu un incendie l’année précédente (ARIA 52529).