Pollution
Humain
Environnement
Economique

Peu avant 6 h, une fuite d’ammoniac se produit sur une vanne d’une installation de réfrigération d’une usine de fabrication de glaces. La fuite, mineure (équivalent d’un verre), s’est produite au démarrage d’une ligne de production de crèmes glacées. Cette dernière est immédiatement stoppée et le personnel est évacué. La plus forte concentration mesurée au pic de l’évènement est de 150 ppm. Un salarié est incommodé par les vapeurs d’ammoniac. A 7h30, les mesures de la concentration résiduelle en ammoniac autorisent une reprise partielle de l’activité. A 8h15, le salarié intoxiqué, ayant une fragilité cardiaque et présentant un malaise persistant, l’entreprise appelle le SAMU qui demande l’intervention des pompiers. Arrivés à 8h30, ces derniers vérifient que l’incident est bien maîtrisé puis font examiner toutes les personnes présentes par le médecin du SMUR. A 11h20, les relevés indiquent une concentration au sol de 6 ppm d’ammoniac sur les lieux de la fuite. A 11h30, les relevés font état d’une concentration nulle. Le personnel reprend le travail et les pompiers quittent les lieux.

Deux salariés sont envoyés par précaution à l’hôpital et placés sous surveillance médicale. Ils en ressortent en début d’après-midi ; 7 autres, présentant des symptômes mineurs (céphalée, nausées), rentrent chez eux.

L’incident est dû à la perte d’étanchéité d’une électrovanne d’arrivée du fluide frigorigène sur le freezer.