Pollution
Humain
Environnement
Economique

Peu avant 1 h, dans une usine de fabrication d’engrais solides à base de nitrate d’ammonium, classée Seveso seuil haut, une fuite d’ammoniac se déclare au niveau de la garniture d’une pompe d’alimentation des ateliers de production. De l’ammoniac passe dans le liquide de barrage de la garniture (méthanol) provoquant un goutte à goutte de débordement du pot de méthanol. Le trop plein du pot étant à l’aplomb d’une fibre optique du système de détection de fuite d’une tuyauterie d’ammoniac à proximité, le goutte à goutte entraîne le déclenchement automatique de mise en sécurité de l’alimentation en ammoniac de toute l’usine par arrêt de la pompe et fermeture des vannes. Les opérateurs mettent en sécurité les installations de production. Le compresseur permettant la reliquéfaction de l’ammoniac gazeux au niveau des réservoirs de stockage s’arrête également. Cet arrêt entraîne une montée en pression dans un réservoir de stockage cryogénique rempli à 60 % d’ammoniac d’habitude à 26 mbar. Deux alarmes de pression haute (50 mbar) et très haute (54 mbar) se déclenchent. A 1h47, la soupape de sécurité tarée à 70 mbar s’ouvre. Les opérateurs en salle de contrôle démarrent un autre compresseur de reliquéfaction à 2h40 pour faire redescendre la pression dans le réservoir et refermer la soupape.

L’ouverture de la soupape pendant 50 min engendre un rejet de 176 kg d’ammoniac. Le POI n’est pas déclenché. Les capteurs situés dans la rétention du réservoir n’ont pas détecté d’ammoniac. Selon l’exploitant, les conditions météorologiques le jour de l’incident étaient favorables à la dispersion en hauteur de l’ammoniac. Suite à la modélisation de cette dispersion, le point d’émission étant à 28 m de haut, l’exploitant détermine que le point bas du nuage se trouvait à 13 m de hauteur expliquant qu’au sol aucune odeur n’ait été ressentie. Le seuil des effets réversibles a été atteint à 22 m de hauteur en dehors des limites du site.

La check-list des actions à mener pour mettre en sécurité les installations en cas d’arrêt ne contient aucune action concernant la vérification de la remise en service des compresseurs de reliquéfaction. De plus, les alarmes de pression haute et très haute sur le réservoir d’ammoniac ne sont pas identifiées comme prioritaires.

Suite à l’évènement, l’exploitant met en place les actions correctives suivantes :

  • un repositionnement du détecteur d’ammoniac (fibre optique) de la ligne d’ammoniac ;
  • l’amélioration du suivi de l’usure de la garniture de la pompe ;
  • la modification de la check-list d’arrêt pour prendre en compte le bon fonctionnement du système de compression ;
  • un classement des alarmes de pression haute et très haute dans les réservoirs en alarmes prioritaires ;
  • une sensibilisation des équipes de production sur l’impact des séquences de sécurité sur le stockage d’ammoniac.