Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine d’armement classée Seveso seuil haut, une perte d’électricité survient dans l’atelier de chargement des munitions en explosif coulé-fondu à base de tolite. Cette coupure électrique entraîne l’arrêt du système de chauffage de la cuve de chargement et conduit à la solidification d’une partie de l’explosif dans la cuve (température de solidification : 80 °C). Tant que la tolite est encore suffisamment chaude pour être coulable, l’équipe en poste vidange la cuve en urgence via le bloc distributeur en remplissant des barquettes d’aluminium présentes dans l’atelier. Cette pratique, utilisée habituellement pour la vidange de fond de cuve en fin de journée, est prévue dans l’étude de sécurité au travail. Un résidu de 400 kg de tolite se solidifie dans la cuve et le bloc distributeur. Les activités de la zone sont arrêtées.

La coupure générale d’électricité de la zone est due à la rupture d’un câble dans l’armoire électrique du local TGBT (Tableau Général Basse Tension). Selon l’expertise, une trop forte humidité interne dans l’armoire électrique est à l’origine du défaut. La coupure ayant eu lieu au niveau de l’armoire électrique (il ne s’agit pas d’une coupure de l’alimentation par le fournisseur d’énergie), le groupe électrogène de la zone n’a pas eu lieu de démarrer.

L’armoire est réparée. Les installations génératrices d’eau chaude et de vapeur sont vérifiées et relancées. Une vanne défectueuse sur le réseau d’eau de nettoyage est remplacée.

Après réparation des équipements et retour des énergies, le bloc pris en masse est refondu le 05/02 à partir de 7h30, après sécurisation (déconnexion des alimentations électriques et pneumatiques) pour éviter tout mouvement pendant cette opération. La cuve n’étant pas prévue pour fondre du produit (seulement pour un maintien en température régulée très proche du point de fusion / solidification du produit), l’opération prend une journée complète. Le vidage de la cuve se termine à 17h30. L’explosif est fractionné dans des récipients pour être re-solidifié en lingots de 3 kg. Les lingots d’explosifs, majoritairement non pollués par l’eau, sont recyclés lors de productions ultérieures. Les lingots pollués sont détruits sur l’aire de brûlage pyrotechnique du site.

Les activités de coulée d’explosif reprennent mi-février après :

  • amélioration de l’environnement de l’armoire électrique réparée (assèchement complet de l’armoire par mise en place d’une ventilation, assèchement des passages des câbles du local techniques) ;
  • vérification générale des installations process et produits de la zone impactée (contrôle du fonctionnement nominal des pales du mélangeur de cuve, du clapet de fermeture de cuve, du distributeur bloc doseur…) ;
  • vérification du groupe électrogène de la zone (test de démarrage, remplacement du carburant jugé ancien pour augmenter sa fiabilité…) ;
  • recherche de la source d’un défaut d’isolement de l’installation électrique de la zone et correction du défaut.

Une nouvelle armoire électrique est commandée à partir d’un nouveau cahier des charges permettant une meilleure séparation des fonctions et notamment le maintien en sécurité des équipements jugés critiques.

Les équipements devant être secourus en cas de défaillance de l’armoire électrique sont identifiés. En particulier, les énergies eau et vapeur devront être maintenues un temps suffisant afin de permettre la vidange totale de la cuve avant la solidification de l’explosif.

Une procédure de vidange rapide de la cuve en cas de perte des énergies est rédigée.