Pollution
Humain
Environnement
Economique

A 12 h, lors du tir de grenades lacrymogènes sur un champ de tir d’une usine de fabrication d’explosifs classée Seveso seuil haut, les effets des gaz lacrymogènes sont perçus en dehors du site (au niveau de la gare à 1,2 km au sud-ouest du lieu de tir). Les tirs correspondent à des contrôles qualité réalisés sur une quantité de 36 grenades, soit 792 g de substance lacrymogène.

Ces tirs sont réalisés plusieurs fois par semaine selon les dates de livraison demandées par les autorités. Habituellement, les tirs sont répartis régulièrement en cours de journée. La demande expresse des autorités (au vu du contexte social du moment), associée à la présence d’entreprises extérieures sur le site dans le cadre d’un chantier (construction d’une nouvelle bivis) a conduit l’exploitant à organiser les tirs sur un créneau horaire plus étroit qu’à l’accoutumée. La concentration inhabituelle des tirs, combinée à des conditions météorologiques défavorables, a entraîné le phénomène de dispersion intempestive.

Les actions correctives suivantes sont mises en place :

  • pas de tir dans des conditions atmosphériques très stables et des déplacements de masse d’air vers les habitations ;
  • diminution de la quantité de grenades tirées dans des conditions de dispersion particulièrement limitées.