Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 15h45, dans un centre de traitement de déchets dangereux classé Seveso seuil haut, un feu se déclare dans un seau contenant des piles au lithium en attente de traitement par incinération. Avant que l’opérateur en poste n’ait pu déposer du sable absorbant dans le seau, une pile se met à fuir, s’enflamme et explose. L’incendie se propage à un seau à proximité. Un autre opérateur déplace la palette contenant les seaux à l’extérieur du hangar pour éviter une propagation plus importante. Les opérateurs maîtrisent l’incendie au moyen d’extincteurs à poudre adaptés aux feux de métaux (classe D). Ils déclenchent l’alarme pour avertir les secours du site. Ces derniers conditionnent les piles encore incandescentes dans un emballage métallique avant de les introduire dans la goulotte du four. L’incident prend fin vers 16 h. La poudre des extincteurs est récupérée et conditionnée en seaux pour être traitée dans le four rotatif.

Les piles étaient arrivées conditionnées en barquettes, elles-mêmes contenues dans des cartons. Ces piles sont des rebuts de fabrication, dépourvus de film plastique protecteur et sans protection des bornes. En raison de la quantité de piles contenues dans un carton (120 piles/carton représentant une charge calorifique trop importante) et de la dimension des cartons, un déconditionnement est nécessaire avant introduction dans le four. Les piles sont alors conditionnées par lots de 60 dans un seau en plastique cylindrique. L’opérateur, nouvellement affecté au poste, venait de remplir un seau quand il a observé le départ de feu dans ce dernier. L’hypothèse la plus probable est la mise en court-circuit d’une pile, provoquant son échauffement puis son inflammation.

L’événement est lié à une mauvaise application de la procédure de reconditionnement par l’opérateur. En effet, le mode opératoire prévoit que les piles dénudées (sans film plastique protecteur) doivent faire l’objet d’une attention particulière et ne doivent pas être sorties de leur barquette, en raison du risque d’échauffement pouvant conduire à l’explosion de la pile.

Suite à l’accident, l’exploitant sensibilise les opérateurs à la procédure. Il remplace les seaux par des seaux de plus grand diamètre permettant de disposer plusieurs étuis de piles sans avoir à les retirer de leurs barquettes.

Un départ de feu de piles au lithium conditionnées en seau a déjà eu lieu sur ce site en 2011 (ARIA 40306).