Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 14h40, le mât de 66 m d’une éolienne se plie en 2 en son milieu. Des débris sont projetés dans un rayon de 300 m. Les pompiers mettent en place un périmètre de sécurité de 500 m. Une coupure de courant impacte vers 13h30 le parc éolien comptant 2 aérogénérateurs. Les pales de l’éolienne accidentée ne se sont pas mises en drapeau et sont restées en position de production, alors que le générateur était à l’arrêt. La machine est entrée en survitesse jusqu’à la dislocation d’une pale. Le balourd en résultant aurait conduit au pliage du mât. Le fabriquant met les 21 autres éoliennes du même modèle à l’arrêt.

Selon l’exploitant, l’absence de passage en position de sécurité des pales est due à une chute de tension au niveau des batteries pilotant la rotation des pales en cas de coupure de l’alimentation électrique. Il effectue des tests sur toutes les batteries des éoliennes du même constructeur et effectue les remplacements nécessaires. Il modifie également son plan de maintenance : tous les 2 ans, une des 3 pales sera équipée de batteries neuves. Il fixe l’âge maximal d’une batterie en exploitation à 6 ans.