Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 19h50, dans une entreprise de chimie minérale, classée Seveso seuil bas, un nuage iodé s’échappe entre 2 ateliers. L’alerte est donnée par un opérateur. Le nuage d’iode provient de l’orifice d’un réacteur d’extraction d’iode. L’opérateur stoppe l’injection d’air dans le réacteur. Le nuage se dissipe en quelques minutes.

La quantité d’iode rejeté est estimée à 317 g. Le gaz diiode est plus lourd que l’air, de couleur rose et très visible à faible concentration. Le nuage a pu être perçu par les riverains.

Le diiode est formé dans un réacteur de stripping qui permet de libérer l’iode sous forme gazeuse en vue de la récupérer dans des laveurs de gaz. Il est aspiré via un ventilateur, mettant le réacteur en légère dépression. Au cours d’une réaction, un opérateur a mis en route, par erreur, l’injection d’air-sur-pressé utilisée pour refroidir le réacteur en fin d’opération lorsqu’il n’y a plus d’iode gazeux. La surpression créée a entraîné un rejet de diiode par le couvercle non étanche du réacteur.

Suite à l’événement, l’exploitant met en place les actions suivantes :

  • rappels des consignes durant un quart d’heure sécurité ;
  • mise en place d’une détection de surpression dans le réacteur de stripping ;
  • amélioration de l’étanchéité du couvercle du réacteur.