Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers minuit, un feu se déclare au niveau de la nacelle d’une éolienne de 78 m de haut. Des riverains donnent l’alerte. L’exploitant arrête les 4 autres éoliennes du parc à 2h05. De nombreux débris enflammés tombent au sol. Un feu se déclare au pied de l’aérogénérateur. Les pompiers mettent en place un périmètre de sécurité de 150 m. Ils quittent le site à l’arrivée de la société de maintenance vers 3h35 puis de l’exploitant vers 5h15. Un kit anti-pollution est mis en place par l’exploitant afin de contenir les coulures d’huile le long du mât. Ces huiles s’enflamment au niveau du sol. L’exploitant parvient à éteindre le départ de feu à l’aide de l’extincteur située dans son véhicule. La nacelle de l’éolienne est détruite ainsi que la base des 3 pales. Une incertitude majeure plane sur leur tenue mécanique. Des traces d’huile hydraulique sont présentes jusqu’à 100 m du pied du mât.

L’exploitant met en place un balisage et un gardiennage. Le périmètre de sécurité est porté à 200 m. L’exploitant envisage de démanteler la machine mais l’opération s’avère compliquée en raison du risque de chute d’éléments. Début février, l’essentiel des déchets de fibre de verre sont ramassés.

Selon les premiers éléments de l’enquête, une avarie sur la génératrice de l’éolienne semble à l’origine de l’incendie. Celle-ci avait été bridée à 50 % de sa puissance depuis une quinzaine de jours à la suite de la détection d’une usure de roulement par le système de surveillance vibratoire. Une intervention de maintenance, effectuée le 28/12, avait mis fin à ces vibrations caractéristiques d’un défaut de roulement. Cependant, des signes de délignage avaient fait leur apparition. Selon l’exploitant, l’analyse du système de surveillance mettrait en évidence un phénomène harmonique à la fréquence de rotation de la génératrice.