Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une carrière, 2 épisodes d’inondations surviennent en raison des forts évènements météorologiques liés à la tempête ELEANOR. Ceux-ci entrainent des rejets dans la SAVOUREUSE.

  • 1er évènement (janvier 2018) : le carreau de la carrière est inondé et entraîne un remplissage important d’un bassin par des boues issues du ravinement massif, ainsi que l’infiltration d’eau dans un réservoir d’huile d’un concasseur. Une présence de pierres, au fond d’un 2ème bassin provoque une défaillance sur une pompe ainsi que sur un bras racleur d’un clarificateur. Le remplissage excessif d’un 3ème bassin entraîne une surverse d’eau non clarifiée dans la SAVOUREUSE. L’exploitant estime le volume du flot des eaux pluviales à 37 900 m³ (pour un volume minimum de la zone de confinement imposé par un arrêté préfectoral de 2016 de 36 000 m³).
  • 2ème évènement (mars 2018) : une présence de glace sur le 3e bassin, combinée à des turbulences générées par l’arrivée des eaux clarifiées, entraîne un rejet vers la SAVOUREUSE d’eau chargée en matières en suspension.

L’inspection des installations classées relève des non-conformités telles que l’absence de maîtrise par l’exploitant des rejets des eaux de la carrière. Les bassins ne sont pas maintenus dans un bon état de fonctionnement ce qui induit un non-respect des normes de rejet des eaux de surverse.

Suite à l’accident, l’exploitant prévoit de :

  • mettre en place une automatisation des pompages des bassins (gestion du niveau des bassins face à un épisode pluvieux important lors d’une période de fermeture) ;
  • réduire le crépinage des pompes ;
  • mettre en place un compteur volumétrique et un fossé périmétrique au niveau de la zone d’extension.