Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une pollution de la DORE se manifestant par une prolifération de bactéries (Sphaerotilus) est observée à proximité d’une papeterie. L’Agence Française de la Biodiversité (AFB) prévient l’administration. L’exploitant transmet les résultats relatifs à la surveillance des rejets du site. Des dépassements de seuils sont observés pour certaines substances.

L’impact environnemental de l’événement se matérialise par :

  • une mortalité piscicole ;
  • une forte odeur de putréfaction au niveau d’une lagune de la papeterie.

Le très faible débit de la DORE a diminué la dilution des effluents de la papeterie. Dans l’attente de la phase d’arrêt du site, l’inspection des installations classées (IIC) demande à l’exploitant de limiter ses rejets d’apports nutritionnels (N et P) provenant de ses effluents. Lors d’une visite sur site, l’IIC constate également l’eutrophisation de la lagune de traitement de la STEP avec une prolifération d’algues générant des odeurs. L’administration demande ainsi à l’exploitant d’écrémer sa lagune pour supprimer les algues et de changer de mode d’exploitation pour pallier au problème.

La tempête Adrian a par ailleurs généré de nombreuses coupures électriques dont a été victime le système de prélèvement automatique des effluents. L’exploitant envisage a cet effet de réparer les dégâts causés par la tempête, notamment sur l’alimentation électrique de la lagune.