Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu se déclare vers 16 h au niveau d’une des tours aéroréfrigérantes d’une usine de fabrication de produits amylacés. Deux salariés d’une entreprise extérieure interviennent en toiture sur la tour pour colmater des fuites. Ils meulent les joints et blanchissent la structure à l’extérieur de la tour puis soudent les plaques entre elles. Les packings en matière plastique à l’intérieur de la tour sont en place. Les intervenants s’en vont 30 minutes plus tard. Un électricien voit de la fumée depuis l’atelier électrique. Il appelle le chef de poste et déclenche la sirène. Les secours internes arrosent l’intérieur de la tour pour contenir l’incendie à l’équipement. Les pompiers sont appelés. Le site est évacué. Trois opérateurs sont maintenus pour sécuriser l’unité de production qui n’est pas arrêtée. L’incendie est maîtrisé avant l’arrivée des pompiers. Les eaux d’incendie (faible quantité) sont traitées par la station d’épuration du site. Celle-ci est soumise à un suivi renforcé pendant quelques jours. Le reste des packings qui ont entièrement brûlé est évacué selon les procédures en vigueur sur le site. La tour aéroréfrigérante est inutilisable.

Un point chaud lors du soudage des plaques a atteint les packings intérieurs en plastique qui se sont enflammés.

La même intervention avait déjà été réalisée avec succès sur d’autres tours aéroréfrigérantes. L’analyse de risque n’avait pas identifié le risque d’ignition des packings en plastique lors de travaux par points chauds sur l’enveloppe métallique des tours.

A l’avenir, pour toute intervention par points chauds sur les tours, les packings seront ôtés. Une procédure pour les interventions sur l’extérieur d’espaces confinés sera rédigée, un rappel des procédures permis de feu sera fait. Un contrôle par l’intervenant sera effectué pendant 15 min après la fin de l’intervention ainsi qu’un contrôle des structures par caméra thermique. Un RIA sera également ajouté en toiture à proximité des tours. Par ailleurs, l’exploitant prévoit de sensibiliser son personnel au travail par points chauds et au risque de propagation de feu. Il prévoit aussi de revoir son organisation en cas de gestion de crise.