Pollution
Humain
Environnement
Economique

Le barrage de classe A concerné est muni de 2 conduites de vidange de fond, équipées chacune d’une vanne amont et d’une vanne aval. Des travaux de rénovation de ces conduites et des vannes se sont achevés début juin. Leur réception était programmée le 13/06.

Lors d’essais dynamiques sur les vannes de la conduite de vidange de fond en rive droite d’un barrage, des matériels et outillages de plongée, dont un obturateur, y sont entraînés. Un prestataire avait stocké ces éléments dans la conduite. Les vannes amont et aval, ainsi que la conduite, sont endommagées. L’exploitant condamne les 2 conduites de vidanges de fond, dans l’attente d’inspections subaquatiques. Les débits sont restitués à l’aval de l’ouvrage par l’usine hydroélectrique associée au barrage, ou par les clapets de l’évacuateur de crue en cas d’arrêt de celle-ci.
L’ensemble des inspections et le retrait des matériels sont réalisés le 3/07. La conduite en rive gauche est remise en service. La conduite en rive de droite est condamnée, dans l’attente de son expertise. Le 10/07, l’usine est arrêtée à cause d’un coup de foudre. Elle est remise en fonction le 13/07. Pendant cette période, le débit réservé est restitué par la vidange de fond en rive gauche.

Dans l’attente de la remise en service de la conduite en rive droite, la capacité de vidange de l’ouvrage par le conduit rive gauche uniquement est de 21,4 m³/s au lieu des 48 m³/s prévus dans les consignes d’exploitation. En cas de crue l’exploitant prévoit d’utiliser l’évacuateur de crue.