Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 20 h selon les calculs de l’exploitant, la pompe de relevage des eaux résiduaires se met en défaut dans une laiterie. La petite lagune de sécurité (bassin de sécurité en cas de problème), se remplit. Une fois la lagune pleine, la vanne guillotine de la canalisation de rejet des eaux cède, entrainant un rejet de 900 m³ d’eaux usées (eaux de lavage) en direction de la GERES. La pompe de relevage ainsi que la vanne sont réparées. Aucune mortalité piscicole n’est observée et dès le lendemain, la turbidité de la GERES est revenue à la normale.

Avant cet incident, dans le cadre d’un audit interne, le risque de rupture des vannes guillotine avait été identifiée. Un investissement de 48 000 € avait été accepté par le groupe. Le projet consiste à remplacer les vannes par de nouvelles vannes automatisées et asservies à des sondes de conductivité, turbidité et sonde pH. En attendant la mise en place de cet investissement, l’exploitant installe des vannes papillons gérées en mode manuel avec contrôle renforcé en local.