Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans la nuit, la digue d’un bassin de rétention se rompt dans la plateforme de stockage des déchets inertes d’une carrière. Au niveau de la zone de rupture la digue mesure 20 m de haut. Le bassin contient des sédiments de lavage de matériaux. Une coulée de boue se déverse sur une route et pollue le MARAICHET, puis l’OUDAR et la DIVONNE. Une zone boisée est détruite et la boue se répand dans un sous-bois. Une mortalité aquatique est constatée. L’exploitant connecte le bassin effondré à un autre bassin de rétention afin de stopper le rejet.

La digue présente un défaut d’étanchéité. L’excès de charge hydraulique amont consécutive aux pluies a accéléré le renard hydraulique jusqu’à la rupture par glissement sur la base.

L’inspection des IC identifie plusieurs origines à cette rupture :

  • l’absence de curage du bassin depuis sa construction dans les années 80 ;
  • la rehausse régulière de la digue sans aucune étude géotechnique préalable (la dernière ayant été réalisée la semaine précédente) ;
  • l’absence de contrôle par une personne compétente ;
  • la récupération des eaux d’une autre plateforme sans étude hydraulique préalable ;
  • l’accumulation des eaux dans le bassin de décantation en l’absence d’un système permettant de gérer ces eaux (trop plein par exemple) ;
  • les fortes pluies.survenues le jour de l’événement (45 mm).

Des mesures d’urgence ont été prises par l’exploitant :

  • création d’un fossé en amont du bassin de décantation afin de détourner les eaux pluviales de ruissellement ;
  • création d’une canalisation en tête du bassin de décantation, dont le fil d’eau se trouve juste au niveau des boues, afin de canaliser les eaux qui pourraient ruisseler vers la plateforme basse.