Pollution
Humain
Environnement
Economique

Une fuite de carburant se produit vers 13 h sur un moteur diesel alimentant une pompe du réseau incendie protégeant un ancien chai à autorisation. 50 l de gazole se déversent au sol et polluent la CHARENTE sur 1,5 km et 20 m de large. Un employé stoppe la fuite vers 14 h. Les pompiers installent un barrage flottant et épandent de l’absorbant. Le lendemain, une société spécialisée pompe les hydrocarbures et récupère les déchets. Le réseau incendie est arrêté durant 12 jours.

Le groupe motopompe avait été démarré automatiquement pour compenser la perte de pression sur le réseau sprinkler lors d’une opération de maintenance. Le joint d’un des 2 bols à filtres à gazole n’était pas du bon diamètre ce qui a entraîné la fuite. Un employé a fermé la vanne d’isolement des réservoirs mais elle était défectueuse. Le carburant s’est écoulé dans la rétention du groupe motopompe qui n’était pas complètement étanche. Enfin, l’alarme du groupe motopompe n’a pas été prise en compte du fait d’un défaut de transmission et l’installation a fonctionné 1h30 sans surveillance.

Afin d’éviter ce type d’accident, l’exploitant :

  • remplace les équipements défectueux (vannes d’isolement des cuves de gazole et de la vanne d’isolement de la pompe hydrophore…) ;
  • contrôle le report d’alarme et forme une équipe pour vérifier toutes les semaines les remontées d’alarmes ;
  • réalise une étanchéité en résine sur la rétention ;
  • établit un plan de maintenance annuel des vannes des cuves et de la rétention âgée de 15 ans.