Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 11h40, dans une usine sidérurgique, à la fin de travaux de maintenance sur 1 des 3 extracteurs de gaz de cokerie, une fuite enflammée de gaz de cokerie se produit lors du déplatinage d’une bride d’un extracteur. Cette fuite s’est enflammée générant un jet enflammé. Le personnel est évacué. L’exploitant met l’installation en sécurité provoquant un torchage. Les secours internes inertent l’extracteur à l’azote et le refroidissent. La fuite enflammée est stoppée à 13 h. Un employé est choqué, un autre s’est blessé à la cheville en évacuant la zone.

Des travaux de maintenance, réalisés tous les 3 à 5 ans, avaient lieu depuis 2 semaines sur cet extracteur. Pendant les travaux, l’extracteur est isolé du gaz par deux tapes pleines (une en amont et une en aval) et deux vannes (en amont et en aval). La conduite de gaz a un diamètre de 1400 mm. Un balayage à l’azote est assuré en permanence durant la phase de travaux. Les travaux étant terminés, la procédure de redémarrage des installations a été appliquée :

  • enlèvement de la tape pleine en aval (sortie de l’extracteur) : déboulonnage et refermeture de la conduite ;
  • puis enlèvement de la tape pleine en amont.

Ces deux opérations se font sous balayage d’azote en permanence. La fuite s’est produit lors de l’enlèvement de la deuxième tape, en amont. La pression d’azote n’était, semble-t-il, pas suffisante pour éviter une entrée de gaz dans la conduite. L’origine de l’inflammation serait électrostatique.

L’exploitant prévoit d’améliorer sa procédure d’isolement des extracteurs pour les prochaines maintenances. L’étude de danger sera révisée.