Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 9h20, une explosion suivi d’une deuxième plus violente surviennent dans un silo. 2 employés sous-traitants et 1 opérateur du site sont grièvement brûlés. Un autre employé est blessé. Une centaine de pompiers interviennent. Un périmètre de sécurité de 200 m est mis en place. Une dizaine d’écoles sont confinées toute la matinée. Des axes routiers sont fermés sur plusieurs centaines de mètres. Les entreprises voisines sont évacuées. Les dégâts matériels sont importants. Des morceaux de la toiture en fibrociment sont projetés jusqu’à 300 m. Les équipements de manutention sont fortement impactés. Des dalles de béton ont été soulevées et retournées au niveau de la galerie inférieure. 24500 T de maïs présentes dans les cellules sont arrosées pendant 4 jours pour maîtriser les foyers naissant dans les cellules. Des mesures d’amiante dans l’air ambiant et dans 5 entreprises voisines sont réalisées. Les résultats sont inférieurs à 5 fibres/L. Des engrais stockés à proximité du silo sont évacués pour éviter un suraccident. Des morceaux d’amiante sont évacués de la voie publique. La mise en sécurité de l’alimentation en gaz accolée au site est réalisée. La vidange des cellules est nécessaire compte tenu du risque d’effondrement des structures et du risque d’échauffement du maïs humide. D’importants moyens sont mis en place : analyse de résistance structurelle du silo par le CTICM. Un plan de retrait amiante est planifié avant vidange des cellules. La durée des travaux de vidange doit s’étaler sur plusieurs mois compte tenu de toutes les contraintes techniques (présence d’amiante et risque d’effondrement des structures).

 L’installation impactée est constituée d’un ensemble de cellules verticales ouvertes en béton datant de 1988 et de cellules verticales ouvertes métalliques datant de 1995, adossées à une tour de manutention. Ces ensembles sont séparés par un espace intercellulaire relié à la galerie sous-cellule et son convoyeur. La toiture est en fibrociment et s’élève à 36 m de hauteur. Les cellules atteignent 16 m. Un convoyeur sous-toiture dessert les cellules. 

Le silo est en arrêt pour maintenance annuelle avant le démarrage des récoltes. Une opération de soudure programmée est réalisée par des sous-traitants dans la tour de manutention au niveau de l’élévateur. Simultanément deux opérateurs procèdent à un nettoyage quelques étages plus haut. Une soufflette est retrouvée à proximité. La première explosion se produit dans la tour de manutention au niveau des élévateurs. Le front de flamme et l’onde de choc se transmettent ensuite à la zone des cellules de stockage.

L’enquête permettant de définir les causes du sinistre est en cours.