Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 20h45, une fuite se produit au niveau d’un disque de rupture d’un stockage d’oxygène liquide composé de 4 citernes-cigares dans une verrerie classée Seveso seuil bas. Les pompiers du site mettent en place un périmètre de sécurité. Des lances sont utilisées pour confiner le nuage de gaz. Ils rencontrent des difficultés pour manœuvrer les vannes car celles-ci sont gelées. L’exploitant déclenche son POI. Les salariés du site, ainsi que 23 personnes (6 habitations voisines), sont évacués. Vers 1h30, la fuite est stoppée à la suite de l’intervention d’un technicien de la société propriétaire des cuves. Le disque de rupture est remplacé.

A la suite de l’événement, l’inspection des installations classées constate :

  • le délai d’intervention du technicien de la société propriétaire des cuves d’oxygène : 4h30 ;
  • le manque de communication entre cette société et l’exploitant du site Seveso ;
  • le vieillissement ou avarie des disques de rupture ;
  • une fuite sur une vanne d’alimentation ;
  • le non-respect de la réglementation par rapport à la redondance des dispositifs de sécurité pour empêcher toute surpression notamment via le positionnement de la vanne de sécurité ;
  • le non-respect de la réglementation concernant la vérification du bon fonctionnement des organes de sécurité et de leur traçabilité.

L’administration demande à l’exploitant un plan d’actions à réaliser avec son prestataire. Le rôle et les responsabilités de chacun, les délais d’intervention, des checklists de questions à poser au prestataire en cas d’urgence et lors des dépotages doivent être précisés. Le POI devra tenir compte également du retour d’expérience de l’événement, ainsi que la formation du personnel.

Enfin, il est demandé à l’industriel de s’assurer qu’il reste le garant de la bonne gestion des autres activités à risques sous traitées sur son site.