Pollution
Humain
Environnement
Economique

Entre le 13 et le 17 juin, un déversement de soude à 25 % se produit au niveau du réseau de transfert de la soude vers un bac tampon de distribution dans l’atelier fermentation d’une usine agroalimentaire fabriquant des levures de boulangerie. La zone impactée est située hors fosse de rétention à proximité des bacs de stockage de soude du site. Une alerte (hausse du pH sur les rejets au canal) est émise, le 13 juin, vers le système d’exploitation, mais le retour à la normale est rapide, en moins de 2 h. Le lendemain, après une nouvelle hausse progressive à partir 5 h, le pH atteint 9 à 18 h. Le surlendemain matin, des prélèvements, effectués par l’opérateur en poste, en entrée au niveau des pompes de relevage, et en sortie d’usine, confirment une valeur élevée de pH. Les recherches effectuées par les services de production concernés mettent à jour la présence d’une vanne de barrage pour la mise en rétention du site ouverte en manuel à proximité de la zone de dépotage. Cette vanne est fermée le 15/06 à 13h30. Le pH redescend alors de façon progressive en fin d’après-midi et dans la nuit.

Le 17/06 au matin, le personnel découvre une vanne de purge restée ouverte sur le réseau de transfert. Cette vanne est à l’origine du déversement de soude. L’ouverture est liée soit au déplacement d’une canule, soit à des vibrations. La fuite a, dans un premier temps rempli la fosse où se trouve la vanne de barrage, trouvée en position ouverte, vers le canal.

Le déversement de soude vers le canal est estimé à 15 m³, avec une montée du pH de ce dernier entre 8 (mesuré en sortie de STEP à 2 km en aval le 15/06 à 12 h) et 9,10 (mesuré derrière l’usine le 14/06 à 10 h et le 15/06 à 20 h). Les 2 vannes de purges du réseau de transfert sont remplacées. Ces vannes sont bloquées en position fermée. L’exploitant fait ajouter une temporisation de fermeture systématique de la vanne.

L’inspection des installations classées se rend sur site le 20/06.