Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un rejet de diisocyanate de toluène (TDI) a lieu vers 14 h dans une installation de production de composés organiques. L’accident est détecté par les opérateurs qui ressentent l’odeur du produit. La fuite est stoppée par un opérateur qui ferme une vanne. Les employés vérifient l’absence de toxicité dans l’air et balisent la zone autour du déversement. Le produit déversé est pompé et stocké dans des fûts. A noter que ce stockage est responsable d’un second accident (Aria 48439).

L’accident a lieu alors qu’une conduite est en soufflage avec de l’azote. N’étant pas informé que cette opération est en cours, un opérateur d’une autre unité que celle à l’origine de la mise en soufflage à l’azote déclenche un envoi de TDI dans cette conduite. Un autre opérateur ferme la vanne azote et ouvre une vanne sur cette conduite, sans vérifier les produits en charge dans cette conduite. Cette action entraîne le refoulement du TDI par la soupape du circuit azote.

Suite à cet évènement, l’exploitant prévoit de rédiger une procédure de soufflage à l’azote. Il crée un cahier partagé entre les différentes équipes en charge des opérations sur ce pipe. L’exploitant prévoit également la  mise en place d’un interlock entre les vannes manuelles d’envoi de TDI et de soufflage à l’azote.