Pollution
Humain
Environnement
Economique

Des pêcheurs constatent une pollution de la SEICHE sur 8 km avec une forte mortalité aquatique. La pollution est due à un déversement anormal de lactose brut provenant d’une fromagerie via sa station d’épuration et privant la faune d’oxygène.

Les résultats d’analyses sur le prélèvement effectué le 21/08 établissent que les rejets de la station d’épuration de l’entreprise ne sont pas conformes. Déjà fortement touchée par la sécheresse, 1,3 t de matières organiques ont été rejetées dans la rivière. L’atelier d’extraction de lactose est arrêté le 22/08.

Une déviation du lactose dans les bassins de rétention de l’usine est mise en place. Le week-end du 26 et 27/08, l’entreprise réalise des analyses entrée et sortie de station. Cette surveillance est reconduite le week-end suivant. Une équipe est chargée de ramasser les poissons morts du 24/08 au 01/09. Au 28/08, on compte 1 t de poissons collectés. Un plan d’analyse 7 jours / 7 des flux d’entrée et sortie station est mis en place. L’eau de la rivière est diluée par accélération des rejets de l’étang en amont et une entreprise spécialisée réoxygène la rivière le 30/08. Le coût de la décontamination s’élève à 250 k€. Au 01/09, la quantité de poissons ramassés est estimée à 6 t, les rejets de la fromagerie respectent de nouveau la norme DCO. Au 04/09, une amélioration sensible de l’oxygénation du milieu est notée, 4 insufflateurs fonctionnent toujours et les relargages d’eau à partir de l’étang sont maintenus. Au 08/09, les contrôles réalisés sur la rivière indiquent un retour à la normale.

L’exploitant diffuse un communiqué de presse le 04/09. Le rejet est dû à un incident d’automatisme dans l’atelier lactose. Cet incident a pour origine la modification de la programmation informatique d’une vanne. Les effets de cette modification n’ont pas été suffisamment vérifiés.

L’exploitant prend les mesures suivantes :

  • mise en place d’une procédure de délestage du bassin tampon en entrée de station vers le bassin de confinement en cas de pollution avérée ;
  • étude pour réaliser des analyses entrée et sortie de station chaque week-end par le service de gardiennage, résultats transmis à l’astreinte de la station ;
  • visite hebdomadaire au point de rejet de l’usine dans la SEICHE avec mesure de l’oxygène en amont et en aval ;
  • mise en place d’une procédure de gestion en cas de forte charge annoncée vers la STEP ;
  • mise en place d’un COTmètre pour évaluer le flux entrant en station et anticiper la charge en entrée de station ;
  • qualification du système d’alerte à distance du fonctionnement de la station mis en place pour les astreintes ;
  • qualification du basculement automatique du réseau pluvial vers le confinement en cas de déversement de produits chimiques (acide ou base) ;
  • étude et proposition technique d’un système d’évaluation de la charge entrée station en continu et non plus décalé de 24 h.