Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 1 h, le conducteur d’une camionnette circulant en zone urbaine constate que de la fumée s’échappe du compartiment chargement du véhicule. Celui-ci contient des éléments pyrotechniques issus d’un spectacle de feux d’artifice tiré dans la soirée : fusées non tirées, packs d’artifices n’ayant pas totalement fonctionné, déchets… En effet, durant le feu, certaines carcasses en cartons de packs d’artifices (compacts) avaient pris feu lors du fonctionnement et provoqué des ruptures de lignes de tir pyrotechnique perturbant le déroulement normal du feu. Par mesure de sécurité avant chargement dans le camion de retour, les packs n’ayant pas fonctionné totalement sont noyés à l’eau de mer et les fusées non tirées sont démontées, vérifiées et placées dans leur emballage d’origine.

Détectant la fumée, le chauffeur arrête son véhicule sur un boulevard. Les deux opérateurs sortent du véhicule et demandent aux personnes présentes de quitter les lieux, dont notamment deux personnes d’une voiture à proximité. La quantité de fumée générée étant peu importante, les opérateurs choisissent d’ouvrir les portes du camion pour intervenir. Un des opérateurs monte à bord du véhicule et constatant que des flammes entrent en contact avec les produits pyrotechniques reconditionnés choisit de sauter du véhicule. Alors que son collègue vient s’assurer de son état, les premiers artifices s’amorcent, entrainant la prise de feu successive des autres produits pyrotechniques présents. Les opérateurs sont blessés aux bras et au torse par le flux thermique et les projections enflammées. Les deux personnes du véhicule proche, qui choisissent ce moment pour quitter les lieux et passer devant le compartiment ouvert sont légèrement blessés.

Suite à de nombreuses projections enflammées, le feu se transmet à du mobilier urbain, à des végétaux proches, ainsi qu’au jardin d’une maison d’habitation voisine.

Les pompiers alertés maîtrisent le sinistre. La camionnette est complètement détruite. Elle est évacuée à 4h30. Les dégâts matériels sont estimés à 80 k€.

Selon le transporteur, et fabriquant des feux d’artifice, plusieurs hypothèses permettraient d’expliquer l’accident :

  • Certaines carcasses en carton des packs artifices auraient encore pu présenter des parties chaudes, non détectées lors de leur conditionnement dans la camionnette. Des mouvements d’air, durant le transport, auraient pu réactiver le feu couvant, le feu se propageant ensuite aux produits pyrotechniques contenus dans le camion.
  • les packs d’artifices n’ayant pas totalement fonctionné durant le spectacle avaient été immergés dans l’eau de mer. Certaines compositions pyrotechniques auraient pu réagir avec l’eau.

À la suite de l’accident, le transporteur fait une présentation de l’événement et rappelle les règles de sécurité à son personnel. Il rédige une procédure spécifique de gestion des déchets et l’intègre à la formation des opérateurs.