Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 22 h, dans une usine de traitement de déchets dangereux classée Seveso, un feu se déclare dans un GRV stocké en extérieur. Celui-ci est stocké en compagnie d’autres emballages similaires au niveau de la zone de stockage des “GRV souillés” destinés à la destruction. Les fumées blanches et les flammes de 2 à 3 m de haut sont détectées par la société de sécurité du site qui prévient l’exploitant. L’intervention des pompiers est ralentie par la recherche du réducteur de pression de l’exploitation. Ils éteignent ensuite l’incendie et quittent les lieux vers 23h15.

L’incendie brûle 2 t de déchets. Les eaux d’extinction sont confinées et traitées sur site.

Le GRV impliqué dans l’accident avait préalablement été utilisé pour neutraliser de pastilles de chlore. L’incendie est dû à une réaction dans le GRV entre un résidu de chlore (comburant) et de l’eau de pluie (précipitations le soir de l’événement). Cette réaction a été favorisée par la chaleur ambiante. La zone de stockage des “GRV souillés” était plus encombrée qu’habituellement du fait de retards au niveau des opérations de broyage de ces emballages. Ce retard s’explique par la conjonction entre le fonctionnement de l’exploitation en effectif réduit pendant cette période de l’année et le report sur le broyeur de destructions normalement effectuées par une cisaille immobilisée pour entretien. Au-delà de la question de l’encombrement, le GRV utilisé pour la neutralisation du chlore aurait dû être détruit immédiatement après son utilisation au lieu d’être placé parmi les autres GRV à détruire.

Après l’accident, l’exploitant :

  • identifie parmi les GRV à détruire, ceux ayant servi à la neutralisation des galets de chlore (apposition d’un logo « comburant »). Ces GRV sont détruits immédiatement après usage. En cas d’impossibilité de destruction immédiate, les GRV sont stockés dans un atelier et non pas dans la zone de stockage extérieure non couverte ;
  • améliore la signalétique de localisation du réducteur de pression ;
  • renforce son effectif ;
  • remet en service la cisaille ;
  • sensibilise les employés aux nouvelles consignes.

Le site avait déjà connu plusieurs accidents impliquant des réactions intempestives de produits ou de mélanges de produits (ARIA 48694, 48925). A chaque fois, les fortes chaleurs ont joué un rôle de facteur déclencheur ou aggravant.