Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 13h30, un feu d’alumine en fusion se déclare au niveau d’un four dans une entreprise de fabrication de produits minéraux, dédié à la production d’abral (mélange d’alumine et d’alon). L’incendie génère un important dégagement de chaleur et de fumée. Les 16 employés de l’atelier de fusion de corindons sont évacués. Un employé est légèrement incommodé par l’inhalation des fumées. Les pompiers refroidissent le four par l’extérieur. L’incendie s’est produit suite à la rupture du fond de la cuve du four. Celle-ci contenait 7 t de produit en fusion qui se sont répandues sur 70 m².

Pour refroidir la virole du four, 200 m³ d’eau d’extinction sont utilisées. Ces eaux, ne pouvant être contenues sur le site, sont dirigées vers le BENETANT.

Une détérioration d’un joint d’étanchéité serait à l’origine des faits. Ce composant est réalisé par les opérateurs avec du produit réfractaire avant chaque démarrage du four.

A la suite de l’événement, l’exploitant envisage d’/de:

  • poser un cordon de fibre céramique entre le culot et la gaine du four afin d’empêcher tout risque d’écoulement du produit constituant le joint ;
  • utiliser un produit calibré (0,2 à 0,7 mm) pour la constitution du joint entre la virole et le culot ;
  • modifier le mode opératoire de préparation du four ;
  • confectionner un outil approprié pour le damage du joint d’étanchéité;
  • renforcer les capacités en eau de refroidissement ;
  • équiper la cabine de contrôle d’une nouvelle sortie de secours ;
  • sensibiliser et former aux premières mesures d’urgence le personnel concerné.

L’inspection des installations classées demande une mise à jour du POI pour y introduire un scénario incendie dû à une fuite de matière en fusion.