Pollution
Humain
Environnement
Economique

Événement, intervention et conséquences

Vers 4h45, dans un centre de tri et traitement de déchets, un feu se déclare sur 400 m² de déchets de broyats de machines à laver (comprenant de la ferraille, de la mousse, du béton, du plastique et des câbles). Les déchets impactés sont stockés en 2 cellules mitoyennes à l’air libre, entourées de blocs béton.

Le gardien du site donne l’alerte au retour de son gardiennage sur un autre site appartenant au même exploitant. Les pompiers maîtrisent le sinistre vers 11 h. Ils étalent les tas de déchets à l’aide de grues puis mettent en place une lance à eau pour poursuivre le refroidissement. Une surveillance est assurée par le personnel de l’établissement. Des mesures atmosphériques sont réalisées dans un rayon de 500 m. Aucune toxicité notable n’est détectée  (ni HCN ni chlore gazeux).

Le volume de déchets impactés est estimé à 700 m³ au niveau de deux casiers. Un chargeur a été entièrement détruit. Les eaux d’extinction ont été dirigées vers un bassin dédié, relié à un séparateur hydrocarbure puis à une canalisation pour un rejet dans le fossé longeant le site. Un boudin obturateur permet théoriquement d’éviter tout rejet dans le milieu naturel. Cependant, un écoulement est observé le long du tuyau d’évacuation. Le séparateur hydrocarbure n’est pas étanche et n’a pas supporté la pression de l’eau contenue dans le bassin. L’exploitant répare la fuite, nettoie le fossé et vérifie qu’il n’a pas été pollué.

Analyse des causes et retour d’expérience

Cet accident est le 2ème en 2 mois (voir ARIA 49606), au même endroit et dans le même tas de déchets. Suite au premier incendie, l’exploitant avait prévu la mise en place d’une détection incendie et d’une alarme anti-intrusion. Ces installations n’avaient pas encore été réalisées au moment du nouvel événement.

L’inspection des installations classées inspecte la ligne de broyage des machines à laver, dont sont issus les broyats impactés par l’incendie. La présence de micro-ondes en nombre important est constatée au sein de la zone de stockage des machines à laver en attente de broyage. Selon l’exploitant, les micro-ondes et les machines à laver ne sont pas broyés en même temps. La présence de résidus de broyage de déchets ne pouvant pas appartenir à une machine à laver (chargeur, fusible, etc.) est pourtant constatée au sein des résidus de broyage incendiés. Or, les micro-ondes contiennent un composant susceptible de générer des incendies lorsqu’il est mis en contact avec de la ferraille ou lorsqu’il est mis en court-circuit : le fusible haute-tension.

L’exploitant évoque l’hypothèse d’un acte de malveillance comme origine de l’incendie mais cela ne correspond pas aux constats effectués : départ de feu en profondeur et non en surface, consumation lente des déchets, suggérant une source d’ignition en profondeur dans le tas de déchets.

Le site a également déjà connu des incendies en 2014 et 2016 (ARIA 45707, 47789).