Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 9h25, dans une usine de recyclage de verre, un feu se déclare dans les caissons de filtration d’un sécheur à verre. Les pompiers maîtrisent l’incendie au moyen de 3 lances.

Le sinistre détruit 120 manches de filtration en acrylique et les paniers de fixation. Le système de décolmatage et filtration des caissons de filtration est détruit par rayonnement. Pendant 8 jours, 10 personnes sont en chômage technique Les déchets générés (manches de filtration calcinées) sont évacués et traités à l’extérieur. Les paniers métalliques détériorés (supports de manches) sont envoyés en recyclage. Les eaux d’incendie sont pompées et traitées par une société spécialisée.

Au moment de l’accident, la ligne de traitement était en phase de redémarrage. L’origine du sinistre est l’auto-inflammation d’une particule, d’origine inconnue, au niveau du lit de matière en contact avec la sole du sécheur à lit fluidisé. Cette particule ayant atteint sa température d’auto-inflammation a été aspirée dans la conduite menant les fumées de la voûte du sécheur vers le filtre. Sa taille a été suffisante pour qu’elle reste incandescente jusqu’au filtre et qu’elle transmette sa chaleur aux manches de filtration textiles qui se sont enflammées et ont ainsi constitué le foyer de l’incendie.

L’exploitant met en œuvre d’un système de détection d’étincelles dans la conduite menant les fumées du sécheur vers le filtre.

Un accident en tous points similaires s’était déclaré sur un autre site du groupe en janvier 2015 (ARIA 46167).