Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une installation de fabrication de panneaux de bois, deux explosions surviennent vers 19h30 et un incendie sur des installations de traitement du bois. La première explosion a lieu dans un silo de 30 m de hauteur et de 230 m³ de volume rempli à moitié. La deuxième explosion a lieu dans un tamiseur. Le feu se propage ensuite à un deuxième silo. Le feu sur le tamiseur est éteint par les équipes internes d’intervention et les systèmes d’extinction automatique. Les silos sont noyés en eau puis vidangés. Lors de cette vidange, le feu se ravive. Les canalisations d’arrosage qui ont gelé après les premières utilisations ne sont plus utilisables. Le feu n’est plus maîtrisé. Les secours sont alertés vers 11 h. Ces derniers refroidissent le silo et le vidangent via la vis de vidange. Les 20 employés présents sont évacués. Un périmètre de sécurité de 50 m est mis en place. Le système d’extinction interne est hors-service en raison des températures négatives. Ce froid gêne également l’extinction car l’eau se transforme en verglas. Les pompiers terminent la vidange et l’extinction des foyers résiduels vers 15h45.

Les dommages matériels sont importants. Ils concernent les évents d’explosion, les éléments des transporteurs mécaniques et des écluses. L’exploitation est arrêté pendant 9 jours. Les pertes s’élèvent à 15 k€ pour les dommages matériels et 800 k€ pour les pertes d’exploitation.

L’étincelle a l’origine de l’explosion a été initié dans le broyeur. Les systèmes de détection d’étincelles en aval du broyeur et en amont du silo n’ont pas fonctionné à cause du gel. Les systèmes de détection d’étincelle sont basés sur une synchronisation de la vitesse de transport du bois. Or le gel a provoqué l’accumulation de bois dans les tuyaux de transport en aval du broyeur. Ceci a modifié la vitesse de flux d’air et de matière et engendré la désynchronisation du système détection-extinction, laissant passer les étincelles avant l’envoi d’eau automatique. L’étincelle s’est propagée jusqu’à un premier silo où la première explosion a eu lieu. Le feu est ensuite remonté via le transporteur mécanique jusqu’au tamiseur. La deuxième explosion a lieu dans ce tamiseur. Puis le feu se se propage via le second transporteur mécanique jusqu’à un deuxième silo. Les tamiseurs et silos sont des zones ATEX.

Suite à l’accident l’exploitant a mis en place plusieurs mesures pour améliorer sa capacité d’intervention : mise à jour du POI, exercices d’évacuation, mise en place d’une vis sous le silo, isolation des tuyaux, vannes. Il prévoit également la révision du système GRECON, la mise en place d’une détection-extinction supplémentaire sous le tamiseur.