Pollution
Humain
Environnement
Economique

Des fumerolles s’échappent d’un conteneur d’acide fluorhydrique anhydre (HF, superacide, extrêmement corrosif) qui vient d’être livré dans une usine chimique. Le personnel en charge du dépotage découvre une fuite en enlevant la cloche (tape) de protection utilisée pour le transport. Le produit a fui au niveau du tampon plein et a corrodé la vanne sommitale se trouvant juste en dessous. L’exploitant mesure des concentrations de 2 ppm dans le local de dépotage. Il connecte le conteneur à l’évent de l’atelier et une canne à la place du tampon fuyard et procède au dépotage du conteneur sans problèmes particuliers.

Selon l’exploitant, la procédure à suivre et suivie par l’opérateur en fin de remplissage consiste à fermer la vanne du flexible, puis fermer celle du conteneur avant de procéder à la déconnexion.

L’opérateur aurait fermé la vanne du conteneur trop rapidement, ne laissant pas le temps au liquide résiduel de s’écouler complètement dans la cuve. Le résidu transparent n’aurait pas été vu par l’opérateur (équipé d’un masque de protection) quand il a fixé la tape au-dessus de la vanne. Le capot a ensuite été fermé et scellé avant stockage.

Ce résidu étant minime et confiné sous le capot, il n’a pas été détecté au stockage ni au chargement. Il a engendré une oxydation superficielle autour des vannes du conteneur, ce qui a attiré l’attention du personnel en charge du dépotage.

Suite à l’incident, l’exploitant met en place un groupe de travail en charge de revoir le mode opératoire et teste de nouveaux joints élastomères, en vue de remplacer les joints en téflon actuellement utilisés. Les joints élastomères présentent une meilleure étanchéité mais une moins bonne résistance chimique que les joints téflon.

L’exploitant précise que c’est la 1ère fois en 7 ans que ce type d’incident est constaté, à raison de 10 à 15 expéditions par semaine.