Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un dimanche vers 13h10, dans une installation de stockage de déchets non dangereux, un feu se déclare dans un casier récemment entré en exploitation. Un salarié, riverain du site, donne l’alerte. Le vigile présent dans les locaux administratifs n’avait pas encore repéré le dégagement de fumées.

Les salariés recouvrent les déchets avec de la terre. A leur arrivée, les pompiers mettent en place un arrosage. Le feu est circonscrit vers 17 h. Les opérations d’extinction se terminent vers 23 h. Des rondes renforcées sont réalisées par le vigile pendant la nuit.

Pendant l’intervention, un salarié est légèrement intoxiqué au CO et un pompier, victime d’un coup de chaud, est évacué à l’hôpital. Les eaux d’extinction, prélevées dans le bassin d’eau pluviale, sont confinées dans le casier. Elles sont pompées vers les bassins de lixiviats. Les membranes de parement sont endommagées et doivent être réparées. Des investigations sont effectuées pour vérifier l’état de la membrane de fond de casier.

Le départ de feu est survenu un dimanche, en dehors de toute activité sur site. L’exploitant suspecte un départ de feu lié à une fusée de détresse mélangée aux déchets du casier. Le temps très sec et le vent soutenu ont activé le foyer.

Selon l’exploitant, une mauvaise connaissance du site et des spécificités des feux de déchets en casier de la part des secours a nui à la bonne organisation du début des opérations. Les plans d’intervention mis à disposition des pompiers ne mentionnaient ni les voies d’accès ni les dénivelés. Suite à l’accident, l’exploitant prévoit d’améliorer sa collaboration avec les services de secours. Des visites communes du site seront notamment organisées régulièrement.