Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu se déclare vers 11h45 au niveau d’un extracteur situé en toiture d’une usine de pièces mécano-soudées de 20 000 m². Un important panache de fumée noire se dégage. La circulation sur une voie ferrée est coupée. L’équipe de maintenance donne l’alerte. Les secours évacuent 94 employés dans l’usine et 60 dans une entreprise voisine classée Seveso. Les énergies sont coupées. Les pompiers éteignent l’incendie vers 16h30. Les 180 m³ d’eau d’extinction sont rejetés dans un fossé. Le site ne dispose pas d’un moyen de confinement d’un tel volume. L’incendie détruit 8 000 m² de toiture. Des plaques de toiture ont fondu, endommageant des machines-outils. Les déblais de toiture constitués entre autres de plaques de fibrociment sont évacués par une entreprise agréée pour les déchets amiantés. La production est stoppée durant une semaine. Les 94 employés sont en chômage technique pour l’après-midi, mais 20 d’entre eux sont en chômage partiel jusqu’à la fin de semaine.

Une étincelle métallique de meulage projetée en hauteur aurait atteint la sur-toiture au niveau des extracteurs et l’aurait enflammée. Le scénario d’un incendie provenant d’une étincelle métallique a été évalué dans l’étude de danger mais non retenu du fait de l’absence d’un environnement combustible dans ces box de soudure. L’inflammation de la sur-toiture au niveau des extracteurs de ces box n’avait pas été envisagée.

Afin d’éviter la survenue de ce type d’accident, l’exploitant protège l’interstice de l’extracteur présent dans la zone des box de soudure.