Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu se déclare vers 14h30 dans une alvéole de 200 m² d’une installation de stockage de déchets non dangereux. Des déchets y avaient été déchargés 1h30 auparavant. Des employés donnent l’alerte. Les pompiers noient la zone concernée et la recouvrent de terre. Ils réitèrent l’opération dans l’après-midi après l’apparition de nouvelles fumerolles. L’intervention se termine vers 19h45. Un gardiennage de nuit est mise en place. Les 36 m³ d’eau utilisés sont récupérés et traités comme des lixiviats. La géomembrane de la zone et la barrière de sécurité active n’ont pas été endommagées.

Les déchets apportés en début d’après-midi contenaient de la chaux vive (5 m³) et de la dolomie. Une réaction de ces substances avec des déchets humides serait à l’origine de l’incendie. Selon l’exploitant, un contrôle visuel avait été réalisé à l’arrivée des déchets mais n’avait pas permis de détecter le problème. La nature pulvérulente des déchet déchargés aurait pourtant dû attirer l’attention par rapport à la nature des déchets décrits dans les bordereaux de suivi de déchets. Les déchets, en provenance d’une société de fabrication de verre, étaient en effet annoncés comme des déchets de type “laine de verre”.