Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un incendie se déclenche à 2 h dans la zone de charge d’une usine de fabrication de batteries au plomb acide. L’alarme POI, en lien avec le détecteur de fumées, se déclenche. L’agent de gardiennage éteint l’incendie avec un extincteur à poudre. L’alimentation électrique du chargeur en cause est coupée à 2h20. La sirène POI est désarmée à 3h08 pour arrêter le signal sonore d’une portée de 1 km. Réarmée à 4h29, la sirène se met en défaut, redémarrant le signal sonore. Le relais de la sirène est débranché à 5 h. De nombreux riverains sont incommodés par l’alarme sonore. Une vingtaine de batteries sont à remplacer pour un montant de 2 000 €.

L’incendie est dû à une surchauffe des connexions au moment du cycle de charge à 100 A après une décharge à 15 A. Un court-circuit dû à un jeu entre les câblots et les vis est à l’origine de l’incendie. Ce serrage défaillant des câblots est expliqué par l’utilisation de câblots d’une ancienne référence car l’équipement était en quantité insuffisante et la demande d’un client urgente. Le couple de serrage n’a pas été respecté et la visseuse utilisée n’était pas contrôlée. La ronde du gardien, effectuée toutes les deux heures, n’a pas été suffisante pour identifier l’incident en cours.

Afin d’éviter ce type d’accident, l’exploitant :

  • réalise un tri des câblots et prévoit de vérifier le stock réel lors des changements de référence ;
  • paramètre les visseuses selon les recommandations commerciales et les contrôle tous les 3 mois afin d’améliorer le serrage des câblots ;
  • met en place une maintenance préventive sur l’ensemble des câbles des chargeurs ;
  • étudie la mise en place d’une caméra vidéo de surveillance dans la zone de charge avec report au poste de garde du site.