Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 10h30, dans une raffinerie, une fuite de fioul lourd est détectée par les agents portuaires entre 2 appontements. Le chargement en cours est immédiatement arrêté. Les pompes sont stoppées et la ligne est isolée par vanne automatique. Les hydrocarbures, visibles au sol, polluent moins de 10 m². Le volume rejeté est estimé à moins de 1m³.

La fuite se situe sur une canalisation calorifugée en acier (DN = 450, Pms = 12 bar) enterrée à 1,3 m de profondeur. Elle est mise à jour le lendemain. Le calorifuge imprégné d’eau et de fioul lourd est retiré. Une zone de corrosion externe est visible sur 40 cm en partie basse de la canalisation. La fuite trouve son origine dans la partie la plus fortement corrodée, faisant environ 4 cm de large. La canalisation avait été mise en service en 1972. Elle était non inspectable par racleurs et n’était pas pourvue de protection cathodique. Sa remise en service se fait après un protocole de réparation validé par les services réglementaires.