Pollution
Humain
Environnement
Economique

Evénements et intervention

Vers 23h50, dans une entreprise de traitements de déchets dangereux classée Seveso seuil haut, un feu se déclare dans un pré-broyeur de déchets conditionnés. Le pré-broyeur se situe sur une ligne de préparation de combustible solide de substitution (CSS) qui traite des déchets de pots de peinture, d’emballages et de matériaux souillés.

La détection de flammes entraîne le déclenchement de l’alarme et l’arrêt de la ligne. L’aspersion d’eau du pré-broyeur, les canons à mousse du bâtiment et un rideau d’eau se mettent en service. L’exploitant déclenche le POI et appelle les pompiers. Ceux-ci déclarent l’incendie éteint vers 2 h après avoir vérifié l’absence de point chaud résiduel. Le tapis de mousse de plusieurs mètres de haut s’est révélé efficace. Une surveillance renforcée est maintenue pendant la nuit suivante.

Conséquences

La bande du convoyeur passant sous le pré-broyeur a brûlé. Les systèmes électriques ont pu être dégradés par les eaux d’extinction. Ces dernières sont confinées et éliminées par une filière appropriée.

Les installations du site restent à l’arrêt quelques jours pour réaliser les contrôles des systèmes de sécurité et de reconstituer les stocks d’émulseurs.

Analyse des causes

Un événement tout à fait similaire s’est produit 8 jours auparavant (ARIA 47141). Suite à ce premier incident, le pré-broyeur avait été contrôlé et remis en service 3 jours avant.

Dans les 2 cas, l’échauffement des parties métalliques du pré-broyeur serait à l’origine du sinistre. La trituration avec des couteaux métalliques par le rotor a pu échauffer les pièces métalliques à broyer. Ces dernières ont alors enflammé des parties en plastique également en cours de broyage. Au moment des 2 incendies, le pré-broyeur traitait notamment des emballages souillés de type GRV composés d’une armature métallique et d’un réservoir plastique. Le passage simultané dans le pré-broyeur de pièces métalliques et plastiques a pu favoriser le départ de feu. Une autre hypothèse est celle d’une cartouche d’encre (dont le contenu est très inflammable) broyée au même moment que des parties métalliques échauffées.

Mesures prises

L’exploitant prend des mesures de sécurisation du pré-broyeur :

  • changement des modes opératoires (vigilance renforcée lors du déchargement d’emballages souillés avec attention particulière sur les GRV et autres emballages pouvant contenir des liquides / modification des critères d’acceptation : la présence de produit résiduel doit être inférieure à 1% du volume du contenant, validation obligatoire des réceptions par un chimiste avant transfert dans la fosse pour traitement).
  • doublement des effectifs sur les étapes de contrôle à la réception et de tri préalable des déchets entrants (avec formations associées).
  • optimisation de l’extinction à l’eau (modification du réglage de l’angle d’attaque, allongement du conduit d’alimentation), dont l’efficacité s’est révélée perfectible lors de l’intervention.