Pollution
Humain
Environnement
Economique

Événements et intervention

A 12h13, dans un centre de traitement de déchets dangereux classé Seveso seuil haut, un feu se déclare au niveau d’un broyeur “affineur” d’une ligne fabrication de CSS (Combustibles de Substitutions Solides) récemment mise en service.

Le détecteur de flamme de la chambre de coupe du broyeur se déclenche. Cette détection entraîne l’arrêt automatique de l’équipement et l’injection de CO2 dans la chambre de coupe. En complément, les opérateurs déclenchent manuellement l’aspersion mousse du bâtiment. Le POI est déclenché et les secours prévenus. La chaîne de production est entièrement stoppée et les fluides coupés. Les pompiers évacuent 18 employés mais n’ont pas besoin d’intervenir, l’incendie étant éteint par la combinaison inertage CO2 + tapis de mousse. Des contrôles sont effectués à l’aide de caméras thermiques. Le POI est levé vers 14h40.

Conséquences

Le départ de feu est resté confiné à la chambre de coupe de l’affineur. L’extinction a généré 40 à 50 m³ de mélange eau + émulseurs, retenu dans le bassin de rétention puis pompé pour évacuation en filière appropriée. La ligne de production reste à l’arrêt jusqu’à la fin des investigations.

Analyse des causes

L’affineur est constitué d’une trémie d’alimentation et d’une chambre de coupe. Dans cette chambre, un rotor constitué de couteaux métalliques, tourne rapidement (2 400 à 3 000 tr/min). La matière entrante est un broyat d’emballages souillés (en provenance de l’étape précédente de pré-broyage) auquel un tri préalable (aéraulique + overband) a permis de retirer les éléments lourds et notamment les parties métalliques. L’origine du sinistre serait l’échauffement de parties métalliques résiduelles lors du broyage (trituration métal contre métal).

Retour d’expérience

Cet événement est le 4ème depuis la mise en service de la ligne 8 mois auparavant (ARIA 46899, 47141 et 47368). En particulier, 2 départs de feu ont eu lieu en septembre 2015 au niveau de la chambre de coupe du pré-broyeur, située en amont de l’affineur.

Suite à l’accident concernant l’affineur, l’exploitant met en place des dispositifs complémentaires :

  • balisage pour éviter toute présence humaine autour de l’affineur ;
  • suivi de température dans la chambre de coupe, couplé à un système d’aspersion (si dépassement de la valeur de consigne) ;
  • brumisation à l’intérieur de la chambre de broyage de l’affineur pour travailler sous atmosphère humide ;
  • rajout d’une caméra au niveau de l’affineur lui-même (pas de caméra sur l’équipement auparavant).

La mise en place de caméras thermiques n’est pas possible dans la chambre de coupe de l’affineur (milieu hostile étant données les sollicitations mécaniques).