Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un incendie se déclare vers 15h45 dans une étuve d’une usine de fabrication de moules alimentaires souples siliconés. L’usine dispose de 4 étuves indispensables pour la finalisation de la fabrication des moules. L’arrivée récente de 2 nouvelles étuves en juin-juillet conduit l’exploitant à réorganiser leur installation dans ses locaux. Le 12/09, les 2 plus anciennes sont déplacées dans un local vide. Le 14/09, l’alimentation électrique des armoires générales des étuves est réalisée, le technicien du fabriquant confirme le sens de rotation des moteurs de brassage des étuves. Le lendemain, vers 15 h, après raccordement des extractions des étuves au réseau de récupération des vapeurs solvantées par un autre prestataire, le responsable de l’atelier production met en fonctionnement à vide les 2 étuves. L’une se met en défaut, l’autre fonctionne. Le responsable décide alors d’introduire les moules à étuver dans l’étuve qui fonctionne. A l’ouverture de la porte, il constate une couleur rouge vif au niveau des résistances et une température anormalement élevée. Un dégagement de fumée se produit. Il referme l’étuve, actionne l’arrêt d’urgence et donne l’alerte. La sonde de sécurité dont la consigne d’alarme est fixée à 240 °C n’a pas déclenché. Le relevé de température indique 175 °C. Les trappes de désenfumage sont ouvertes. Les 2 salariés travaillant à proximité évacuent les lieux. A 16h05, les équipes internes maîtrisent l’incendie à l’aide de 8 extincteurs CO2. La fumée provient de la laine de roche utilisée comme isolant entourant l’étuve, 50 l se sont consumés, correspondant à une perte économique de 2 400 €.

Le départ de feu est dû à une erreur du sens de rotation du moteur de brassage de l’étuve, engendrant une ventilation insuffisante dans l’enceinte. La sonde de sécurité, placée à mi-hauteur n’a pas permis de détecter l’élévation de température au niveau du plafond.

Un groupe de travail constitué du responsable du site, du chef du service maintenance et du responsable fabrication établit un arbre des causes permettant de valider les actions à mettre en place :

  • la sonde de sécurité est déplacée à proximité du plafond de l’étuve
  • une consigne de redémarrage des étuves après intervention du fournisseur ou déménagement est rédigée avec vérification du sens de rotation du moteur de brassage, tests des alarmes, réalisation d’un cycle à vide et d’un premier cycle en charge sous surveillance
  • la position des sondes de sécurité est contrôlée sur l’ensemble des étuves
  • le contrat de maintenance des étuves est actualisé.

A la suite d’une visite post-accidentelle, l’inspection des installations classées propose un arrêté de mise en demeure pour :

  • non déclaration des modifications d’aménagement du local étuvage et de la zone d’emballage
  • zonage ATEX incomplet.