Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une usine de fabrication d’engrais azotés classée Seveso seuil haut, l’ouverture d’une vanne de sécurité sur une tuyauterie (DN50) provoque un rejet d’ammoniac (NH3, gaz toxique) vers l’atmosphère. L’exploitant déclenche son POI à 13h40. Les 181 employés se rendent aux points de rassemblement, où ils sont confinés.

Une partie de l’ammoniac liquide rejetée a pénétré dans le circuit vapeur 3 bar, qui est en communication avec la vanne de sécurité. L’exploitant vidange au sol les 40 litres de NH3 liquide du circuit vapeur. Un arrosage par queues de paon est mis en place pour abattre les vapeurs de NH3 qui se dégagent. En aval des queues de paon, les teneurs en NH3 mesurées sont de 50 ppm, et de 0 à 3 ppm en limite de site. Le POI est levé à 15h40.

La vanne de sécurité est située sur une tuyauterie acheminant l’ammoniac liquide (NH3) issue de la re-condensation du stockage cryogénique vers une capacité tampon de stockage. Son ouverture fait suite au remplissage accidentel de la capacité tampon suite à un dysfonctionnement d’une mesure de niveau (indications erronées). Ce remplissage a entrainé une augmentation de la pression dans la tuyauterie, puis l’ouverture automatique de la vanne. L’exploitant fiabilise la mesure du niveau.