Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans une entreprise de commerce de produits chimiques classée Seveso, un employé rince à l’eau un épandage accidentel d’acide survenu vers 13h30 au niveau de la zone de préparation. La lance incendie utilisée étant alimentée par une motopompe (600 m³/h) du réseau d’extinction automatique, l’employé se rend dans le local sprinkler pour l’éteindre. Il constate la présence de petites flammes au niveau du moteur de la motopompe. Pendant qu’il donne l’alerte, le foyer se développe et déclenche l’extinction automatique du local. Le POI est déclenché. Les pompiers internes éteignent l’incendie à l’aide d’extincteurs. La motopompe est endommagée. Les eaux d’extinction contenant 80 l de gazole et 250 kg de poudre d’extinction sont rejetées dans le réseau des eaux pluviales. L’exploitant pompe les regards de ce réseau dans un bassin de rétention. Le lendemain il se fait livrer une motopompe de remplacement (120 m³/h). A la demande du service d’inspection, il suspend son activité au niveau des liquides inflammables jusqu’à la mise en service de la nouvelle motopompe 2 jours plus tard.

Selon l’exploitant, le feu serait dû à une défaillance matérielle au niveau du réchauffeur de la motopompe. L’équipement avait pourtant fait l’objet d’un contrôle semestriel quelques semaines plus tôt.