Pollution
Humain
Environnement
Economique

Dans le cadre d’un projet de protection contre les inondations, une station de relevage des eaux d’un canal de drainage a été mise en place. Ceci, afin de garantir l’évacuation de l’eau du canal, quelle que soit la cote de la rivière adjacente, l’ISERE. Cette station est équipée de vannes et de pompes automatisées. Les vannes se ferment lorsque la rivière atteint la cote à partir de laquelle les eaux du canal ne peuvent plus s’évacuer gravitairement vers la rivière. Ensuite les pompes se mettent en marche et envoient les eaux dans la rivière.

Lors d’une crue, alors que la station de relevage est en service mais n’a pas encore été réceptionnée par le maître d’ouvrage, un dysfonctionnement est constaté. Les vannes ne se ferment pas automatiquement et les pompes ne démarrent pas. Un champ et l’entrée d’une exploitation agricole en rive gauche du canal sont inondés. Un technicien d’astreinte se rend sur les lieux. Il ferme manuellement les vannes et démarre les pompes. Ceci permet de ramener le canal à un niveau bas pendant la durée restante de la crue.

Le système vannes/pompes est piloté par un automate relié à 2 capteurs de niveau de la rivière. L’un est constitué d’une sonde radar, l’autre d’une mesure par bulle à bulle. Par programmation, les 2 valeurs mesurées doivent dépasser le seuil défini pour que le contrôle commande ferme les vannes et démarre les pompes (condition logique en « et»). Lors de l’événement, le capteur bulle à bulle n’a pas mesuré le niveau réel de la rivière, probablement à cause de l’envasement de son extrémité. L’automate ne recevant qu’un seul signal dépassant la consigne n’a pas donné d’ordre.

L’exploitant modifie la programmation de l’automate ; le dépassement de la consigne par une seule des 2 mesures suffit à déclencher l’asservissement ( condition logique en «ou »). Par ailleurs, une maintenance régulière du capteur bulle à bulle est mise en place.