Pollution
Humain
Environnement
Economique

Vers 18h30, un feu se déclare dans une casse automobile de 5 000 m² au niveau d’un véhicule hors d’usage (VHU) non dépollué. L’incendie, activé par un vent violent, se propage à la vingtaine de véhicules présents. Les flammes concernent l’ensemble de la zone de stockage des VHU non dépollués de 500 m². Une bouteille de gaz vide située à proximité explose. Un important dégagement de fumée se produit.

Un riverain prévient l’exploitant et appelle les pompiers. L’exploitant intervient à l’aide des extincteurs présents sur site.

A leur arrivée, les pompiers évacuent 3 bouteilles d’acétylène et éteignent l’incendie vers 20 h. L’intervention est compliquée par l’absence d’informations sur les produits et quantités contenus dans les bouteilles de gaz situées à l’entrée du site, ainsi que la présence d’une citerne non répertoriée.

L’incendie a détruit plusieurs véhicules et endommagé la dalle, la façade du bâtiment en bardage métallique attenant à la zone en feu, une partie des installations électriques et plusieurs containers contenant des pneumatiques, des pièces automobiles…

Les eaux d’extinction sont récupérées malgré le fait que la vanne d’arrêt placée sur la rétention dédiée est restée ouverte, car les pompes de relevage étaient en panne. L’exploitant doit cependant mettre en place une consigne écrite pour garantir la fermeture par les opérateurs de la vanne d’arrêt pour la rétention des eaux en cas d’incendie ou de pollution.

Le VHU qui a pris feu, réceptionné 2 h avant la fermeture des installations, avait un problème d’alternateur et était passé dans un garage automobile pour réparation peu avant son arrivée sur le site.