Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un feu se déclare vers 23 h sur un jeu de batterie de condensateur d’un transformateur électrique dans une usine de pièces aéronautiques. La détection incendie alerte l’agent de sécurité qui appelle les secours après avoir effectué une levée de doute. Les 15 employés présents évacuent le bâtiment. Les pompiers éteignent l’incendie. Le transformateur est détruit. La moitié des ateliers de production est privée d’électricité. Deux groupes électrogènes sont mis en route le lendemain. La production reprend normalement.

L’incendie d’origine électrique est survenu dans une batterie de condensateurs. Les condensateurs en cause ont une structure de pellicule dans du gel, contenue dans des cartouches plastiques à l’intérieur d’une structure métallique. Avec le temps, les peaux peuvent se déformer, gonfler, subir des micro-amorçages et éventuellement prendre feu. D’après l’exploitant, en deçà de 10 ans, ces condensateurs ne demandent pas de maintenance particulière. Il n’est pas utile de faire des contrôles préventifs car ces défauts ne seraient pas détectables. L’ensemble des batteries de condensateurs du site ont 7 ans d’ancienneté mais ont été rétrofitées, il y a 4 ans.

Le constructeur rappelle que la durée de vie maximale de ces condensateurs est de 10 ans. Au-delà, il faut être très vigilant. Il préconise de sortir les batteries de condensateurs des locaux techniques où il y aurait d’autres équipements ou passages de câbles. Les batteries doivent être installées dans un local annexe, coupe-feu avec un rebouchage des passages de câbles. L’exploitant prévoit le remplacement de ses batteries ayant 10 ans et étudie la possibilité d’installer les autres dans un local dédié.