Pollution
Humain
Environnement
Economique

A 18h20, une alarme incendie se déclenche dans une unité de production d’une usine de produits amylacés classée Seveso. Le POI est déclenché à 18h30. Les équipiers de seconde intervention se rendent sur place. L’incendie se situe au 2ème étage dans le refroidisseur de grains situé sous une presse. Les fumées sont importantes au 4ème étage. Les pompiers éteignent l’incendie à 20h35. Le POI levé à 23 h.

L’alarme incendie se déclenche de nouveau le lendemain à 9h09. Le POI est mis en œuvre à 9h30. Un dégagement de fumée important est constaté au 4ème étage de la même unité et des points chauds sont détectés dans les 2 caissons de filtration à l’entrée de l’air. L’intervention s’achève à 12 h.

Les dégâts matériels concernent le refroidisseur qui doit être remplacé et une partie du système de filtration d’air. Le montant des réparations s’élève à 190 k€, 15 m³ de coproduit humide sont envoyés en traitement par méthanisation. Les déchets du refroidisseur sont mis en big bag pour être éliminés en tant que DIB. Les eaux d’extinction sont recueillies dans la fosse en partie basse avant élimination avec du son/gluten. Le moulin, l’amidonnerie et la glucoserie du site sont arrêtés jusqu’au 04/03 (2 jours de pertes de production). Les unités polyols et alcools tournent au ralenti pendant cette période.

Le 1er sinistre pourrait être dû au passage de poudre dans le refroidisseur à la place des pellets sortis de la presse. L’incendie du 02/03 est dû à des poussières incandescentes qui ont atteint les caissons de filtration, entraînées par la circulation naturelle de l’air dans la gaine entre le refroidisseur et la filtration. Malgré les vérifications effectuées par caméra thermique, des restes de produits incandescents n’ont pas été détectés.

L’exploitant améliore le plan hebdomadaire de maintenance préventive (inspection interne du refroidisseur…). Il prévoit également de programmer l’arrêt de l’alimentation de la presse en cas de chute brutale de l’ampérage indiquant un problème d’alimentation, de rajouter une sécurité en cas de montée brutale de température (20 °C en 5 min) et dans un deuxième temps d’abaisser le niveau de température haute en sortie du refroidisseur (< 80 °C). Une expertise de la filière de la presse est également programmée. Enfin, l'exploitant va étudier la possibilité d'améliorer l'extraction des fumées.