Pollution
Humain
Environnement
Economique

Lors du lancement d’une réaction de polymérisation dans un autoclave destiné à la fabrication de PVC en émulsion dans une usine chimique, une fuite d’émulsion de chlorure de vinyle (CVM) se produit au niveau du joint d’une bride de 1 m de diamètre. L’inhibition de la réaction est lancée. L’autoclave contenant 7,5 t de CVM, la fuite se poursuit pendant 2 h en phase aqueuse et 3h30 en phase gazeuse sous le contrôle de 30 pompiers internes. L’atelier de fabrication et l’atelier voisin sont arrêtés ; 500 kg de chlorure de vinyle ont été rejetés, principalement à l’atmosphère. Un capteur de CVM de l’atelier accidenté détecte jusqu’à 80 % de la LIE, des mesures réalisées dans l’environnement du site se révèlent négatives.

Un mauvais serrage de la boulonnerie de la bride remontée quelques semaines auparavant suite à une requalification (ASP) de l’appareil est à l’origine de la fuite. Le joint composite, constitué de plusieurs éléments superposés, a glissé et a été détruit en un point sous la pression de l’appareil (8 bar). Ce mauvais serrage est lié à l’emploi d’une clé à choc pneumatique (boulonneuse pneumatique) sous-dimensionnée par une société sous-traitante ayant procédé à de multiples serrages similaires dans l’usine. Une baisse de la pression du circuit d’air comprimé suite à l’arrêt de l’atelier a accentué ce mauvais serrage. Ainsi qu’une probable perte de performance de l’outil pneumatique dans le temps.

A la suite de l’accident, l’exploitant met en place les mesures suivantes :

  • contrôle du serrage des brides des appareils similaires passés récemment en requalification

  • rappel des règles de serrage aux entreprises extérieures, ainsi que des types de boulonneuses pneumatiques à utiliser (couple de serrage minimum à atteindre, même si l’appareil est plus lourd)

Il étudie la mise en place de procédures de contrôle périodique des performances de serrage des boulonneuses pneumatiques, de vérification des serrages et d’audits associés.