Pollution
Humain
Environnement
Economique

Un sous-traitant travaillant dans l’unité d’alkylation d’une raffinerie se plaint de brûlures chimiques au bras vers 3h10. Une ronde dans l’unité permet de repérer une fuite sur le piquage (3/4″) d’un capteur de pression en tête d’une colonne, à 55 m de hauteur. La fuite (4 à 5 kg/s) pendant environ 4 h, est composée de butane (95 % à 99 % en masse) et d’acide fluorhydrique (5 %, 1 % en masse). L’exploitant déclenche le POI à 3h40. Le trafic ferroviaire est suspendu en bordure de l’établissement. La mise en sécurité de l’unité (baisse de la température, décompression, arrêt de la fuite, inertage à l’azote) est effective à 7h40. La circulation ferroviaire reprend à 8 h. Le POI est levé à 11 h suite à des reconnaissances en bordure de l’unité. La mairie, l’inspection des installations classées et la préfecture ont été informées. L’exploitant a diffusé plusieurs communiqués de presse. L’origine suspectée de la fuite est la corrosion du piquage.